Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Classement sans suite?

Publié le 21 Octobre 2012

Dès lors que la justice a tranché sur l’autorité parentale concernant l’éducation de T., reconnaissant par là la responsabilité, la cohérence et l’engagement de sa maman, nous devons dénoncer le portrait qui a été fait de cette dernière à travers un rapport d’enquête que le procureur avait confié à la police à l’automne 2011, suite à la plainte que la maman avait déposé pour discrimination contre l’Inspection de l’Education nationale.

Cette « demande de classement sans suite » (classement communiqué à la plaignante dans un délai tel que l’appel devenait impossible) apparaît comme clairement diffamatoire, au fil des dépositions recueillies, qui sont systématiquement à charge contre la mère.

Il est à noter que le rapport contient, entre autres pièces, copie de la notification de la HALDE de juillet 2008 (que M. avait saisie pour faire reconnaître déjà une discrimination à l’égard de son fils, dès 2006), reconnaissant expressément la discrimination ; or, ce document semble « transparent » et ne conduit à aucun moment ceux qui sont chargés de l’enquête à émettre l’ombre du début du commencement d’un doute sur la bonne foi des acteurs de l’Education nationale abondamment entendus. Leurs propos font systématiquement autorité. La synthèse du brigadier ne mentionne pas le document de la HALDE. La discrimination contre son fils a été authentifiée en 2008, cela ne conduit pas les enquêteurs à émettre l’hypothèse que cela aurait pu se reproduire en 2011.

Ce document analyse l'enquête confiée à la police par le procureur, suite au dépôt de plainte pour discrimination contre l'Inspection de l'Education nationale, fin 2011

Il est frappant de constater que ces conclusions affirment d'emblée que la discrimination n'est pas avérée, et se terminent en suggérant qu'il y aurait maltraitance de la mère de T. envers son fils!

Ce qu’on a « appris » de l’enquête, la synthèse des synthèses !

1. Le rapport dit que T. est un enfant qui souffre. Sous-entendu : de sa scolarité…

2. L’institution scolaire est pour le moins mal à l’aise à l’idée d’une coopération ouverte avec la famille, contrairement aux discours de principe ; surtout si des désaccords fonciers surgissent. En l’occurrence, l’institution se vit comme infaillible, car seule compétente. Ne sont considérés que les parents dociles. Les autres sont tout justes capables de « pressions », de menaces, de désorganiser l’harmonie préexistante. Il faut s’en protéger absolument.

3. Le rapport dit que la mère est :

• incohérente,

• contradictoire,

• inconstante

• sans autorité,

• manipulatrice

• toute-puissante (coucou Lacan !)

• exclusive (re-coucou)

• maltraitante

• procédurière

• intempestive

• dédaigneuse

• dénigrante

• agressive, enfin !

Commentaire : bien suffisant pour la déconsidérer auprès de tiers, y compris des médias si nécessaire. La diffamation, c’est quoi au juste ?

On comprend que c’est bien de la mère, et pas tant de l’enfant, dont il faut pouvoir se débarrasser !

L’enquête apparaît ainsi exclusivement à charge contre la mère dont on ose même affirmer qu’elle est à l’origine de la scolarité chaotique de son fils.

Commenter cet article

jean paul du 63 05/12/2013 16:28

c est une honte

janine 05/12/2013 13:05

C'est honteux

laurence 04/12/2013 20:42

j'ai un enfant placé je c ce que c heureusement qu'il y a des structures mais quand on a la chance d'avoir un enfant comme thimotée qui peut rester dans le circuit normal pourquoi vouloir le mettre en ile où il regressera forcement où est l'intregation dont on parle tant? je me le demande c'est tout simplement scandaleux !!!!

cochin 04/12/2013 19:42

c est honteux

cochin 04/12/2013 19:40

c est honteux